fbpx

Réédition de trois bijoux de la littérature jeunesse

9782897742393 9782897742423 9782897742454

La courte échelle est très heureuse d’annoncer la sortie en librairie de trois classiques de la maison, maintenant présentés dans une nouvelle maquette graphique. Le nouvel habillage, moderne, sensible et poétique, abrite des textes qui le sont tout autant. Depuis leur publication, ces romans ont touché le coeur de plusieurs milliers d’adolescent.e.s au Québec et à l’étranger, en plus de recevoir des prix littéraires prestigieux. Nous invitons tous les parents, enseignant.e.s, libraires et bibliothécaires à découvrir ou à revisiter avec les ados de 12 ans et plus ces incontournables de la littérature jeunesse!

UN ÉTÉ DE JADE de Charlotte Gingras
Un roman touchant, une ode à l’essentiel et à l’ouverture aux autres.
Thèmes: Nature, amitié, identité, amour
Prix du Gouverneur général du Canada en 2000
Feuilletez un extrait

LES TROIS LIEUX de Sylvie Desrosiers
Comment survivre, au cœur du blizzard, dans le désert blanc du Grand Nord?
Thèmes: Grand Nord, quête initiatique, famille, amour
Prix du Gouverneur général du Canada en 2008
Feuilletez un extrait

COMME UNE PEAU DE CHAGRIN de Sonia Sarfati
Deux amies inséparables: l’une vit son premier amour, l’autre souffre d’un mal de l’âme qui la ronge, lui défendant de nourrir son corps.
Thèmes: Anorexie, amitié, amour
Prix du Gouverneur général du Canada en 1995
Feuilletez un extrait

 

d29aa00a-2970-43e2-ac7d-469ace6f9ad0

UNE ÉMOUVANTE ENTREVUE AVEC SONIA SARFATI
L’impact de la littérature sur les jeunes lecteurs et lectrices!

Pourquoi le lectorat est-il toujours autant interpellé par votre roman Une peau de chagrin, publié il y a 25 ans?
Parce que l’anorexie et, plus largement, les troubles alimentaires et l’image corporelle, sont toujours des sujets d’actualité – peut-être même plus aujourd’hui qu’il y a 25 ans, avec l’omniprésence, dans la vie des jeunes, des médias sociaux. En cette ère du selfie, ils vivent dans l’œil public et cet œil peut être implacable. En fait, il l’est souvent. Paraître prend le pas sur (bien) être.

Est-ce que les jeunes lecteurs et lectrices réagissent différemment, hier et aujourd’hui, à cette histoire bouleversante? Est-ce que leur regard sur l’amour, l’amitié ou le rapport au corps a changé?
Leur regard sur l’amour, sur l’amitié et sur le rapport au corps est, de ce que je perçois, resté le même. Simplement, pour les raisons évoquées plus haut, tout est plus intense (or, l’adolescence est déjà un âge intense) mais aussi plus rapide et plus vaste. Tout se propage à grande vitesse. Une chose par contre a, me semble-t-il, changé et concerne le rapport au corps: il était autrefois l’apanage des filles, il touche aujourd’hui beaucoup plus de garçons qu’au moment où le roman a été publié originellement.

Avez-vous reçu des témoignages touchants au fil du temps?
Le plus fort demeure et, je pense, demeurera, celui que j’ai reçu lors du Salon du livre de Montréal et qui a suivi la publication de Comme une peau de chagrin. Deux jeunes filles se sont approchées de moi. Elles étaient si minces, si décidées, si droites et si solides que je savais. Elles étaient comme Frédérique. Une fois à ma table, elles m’ont dit que c’était leur journée de liberté de l’hôpital Douglas, où elles étaient hospitalisées, et qu’elles avaient tenu à venir me voir pour me dire que j’avais compris «ce qu’elles avaient dans la tête». Vingt-cinq ans plus tard, j’en frissonne encore.